Florence Henri, en perpective

Le Jeu de paume expose une rétrospective réunissant 130 superbes tirages vintage de l’artiste qui fréquenta le Bauhaus dans les années 20.

Aucune passivité, une volupté très maîtrisée, une envie de perspective. Voilà trois qualités, parmi d’autres, de Florence Henri (1893-1982), l’une des artistes les plus reconnues de son époque, que ce soit par ses pairs, les musées ou les critiques, y compris par l’un des professeurs perspicaces de l’école du Bauhaus, Josef Albers. Ce qui est bon signe, parfois.

Continue reading

Mike Brodie, le retour du Polaroid Kidd

Le jeune prodige américain, qui a préféré la mécanique à la photographie, revient avec un nouveau livre. «Tones of Dirt and Bone» revisite son passé avec lucidité et émotion.

Mike Brodie aurait pu être l’un de ces bons petits gars de l’Arizona, comme il en existe des milliers, et se contenter de rester anonyme. Ce qui n’est pas, en soi, un mauvais plan – la célébrité est une belle illusion. Mais, entre 2003 et 2008, cet Américain, né en 1985 et autoproclamé The Polaroid Kidd, composa son propre western. Sur un coup de dés, il sillonna les Etats-Unis en tous sens, en sautant d’un train de marchandises à un autre, comme au temps des hobos, ces vagabonds de la Grande Dépression de 1929, quand l’Amérique, littéralement, s’effondra.

Continue reading

L’homme qui prend le temps

evgenia arbugaeva

Les photographies d’Evgenia Arbugaeva constituent un document poétique sur un météorologue qui vit seul depuis treize ans dans une station de la toundra sibérienne.

Après avoir visité vingt-deux stations météorologiques dispersées dans l’Arctique, en Russie, Evgenia Arbugaeva a choisi de visu le personnage principal de sa nouvelle série, Weather Man (1). Son nom : Slava Korotkiy. Il vit seul depuis treize ans dans la station Hodovarikha, embossée sur une minuscule péninsule, à deux kilomètres de la mer de Barents et qui fut, avant les années 30, une base militaire. Pourquoi lui ? «Il est l’incarnation des héros de l’ex-Union soviétique, répond la photographe russe, qui vient de fêter ses 30 ans. Ces astronautes ou ces explorateurs polaires qui enflammaient de leurs aventures les livres pour enfants. Dès que je l’ai vu, avec ses yeux bleus, j’ai su que c’était lui. Il est juste là, tout à fait dans le présent, il accomplit sa mission à son rythme, il ne désire pas plus que ce qu’il a déjà.»

Continue reading