Arlene Gottfried, une âme de nouvelliste

Arlene Gottfried

D’où vient ce sentiment immédiat de familiarité avec Arlene Gottfried et son New York des années 70 et 80 ? Le noir & blanc ? Les attractions de Coney Island ? Les fantaisies des uns et des autres dans les rues de Brooklyn ? L’allure extravagante de certains modèles et leur nonchalance affichée, sans aucun complexe ? Oui, mais plus que ça.
Il y a chez cette photographe américaine, qui expose pour la première fois à Paris, quelque chose de vrai. Comme si elle était elle-même sous l’emprise de la réalité qu’elle donne à découvrir. C’est cette vérité qui nous plait. Pas de sentence, pas de bruit, du brut. Des élans chaleureux. Et souvent très drôles, car elle aime à ne pas distinguer le masculin du féminin. Ou l’animal de sa maîtresse. Elle ne cherche pas à classifier, elle brouille plus ou moins les pistes, elle a une âme de nouvelliste. Chaque portrait réveille l’imaginaire, c’est si bon…
Arlene Gottfried a aussi la foi. Elle chante sur son site. Une pure merveille.

© Photo Arlene Gottfried / Courtesy Les Douches la Galerie.

Les Douches La Galerie, 5 rue Legouvé, 75010 Paris (01 78 94 03 00), jusqu’au 5 mars.