Vestiges de l’amour

Trois regards de femmes repérées au 13e PHotoEspaña.

Adriana Lestido est l’une des meilleures surprises de la treizième édition de PHotoEspaña, qui dure jusqu’à fin juillet. Sa rigueur force l’admiration, sa ténacité aussi. Cette Argentine, née en 1955 à Buenos Aires, prend son sujet à cœur, comme si elle s’était juré de n’avoir aucune distraction. Amores difíciles, titre générique, regroupe six séries réalisées entre 1979 et 2007. Leur point commun : la complexité d’aimer, non sur le thème chabadabada, mais sur le fil du rasoir. Comme l’analyse très bien Santiago Olmo, le commissaire, il s’agit de documenter la société, d’en montrer les duperies, sans complaisance, toujours avec ferveur. Accrochées à la Casa de América (1), les 159 photographies explorent les relations épineuses entre mères et filles, les mères adolescentes en prison, les enfants perturbés. Aucune obscénité, une simplicité accentuée par un noir et blanc austère, et nulle trace de cette fausse complicité qui hante parfois les photographes qui se croient engagés. Continuer la lecture de « Vestiges de l’amour »

Tranquillité atomique

Le photographe Jürgen Nefzger propose un tour d’horizon des centrales nucléaires européennes.

Septième livre de Jürgen Nefzger, Fluffy Cloudsnuages cotonneux») dévoile, sur quatre saisons, les alentours des centrales nucléaires européennes. Nefzger ne cherche pas la polémique, ou le ridicule. Mais plutôt la mise en perspective de cet univers aussi inscrit dans notre environnement que les troupeaux de vaches dans nos prairies. D’ailleurs, «le paysage conflictuel» est l’une des marottes de cet Allemand, né à Fürth en 1968 et formé à la photographie en France, à l’Ecole nationale supérieure d’Arles, de 1991 à 1994.

Continuer la lecture de « Tranquillité atomique »

Caballero, tout un roman

Né à Mexico en 1940, Antonio Caballero est le héros des jours heureux. Tombé par hasard dans le roman-photo en 1963, il en réalise à peu près 500 jusqu’en 1978, assumant la production comme la photographie, l’adaptation comme la mise en scène. Une nouvelle fois présentées à Paris, ses photos font tilt, elles battent la chamade des amours défuntes, bang bang. Tout est là du drame de la passion expertisée : silences et tromperies, rêves et promesses, pièges et serments.
Dans des décors d’époque où l’escalier tient parfois le rôle principal, se nouent des drames instantanés à faire pleurer Margot. Il y a des maris jaloux, des accidents de voiture pas trop graves, des revolvers cachés dans des trousses de toilette, des disputes, des larmes, des faux départs et beaucoup de baisers. Atout de Caballero : son style sobre, qui donne beaucoup d’allure aux personnages, et évite la mascarade. Certains portraits isolés sont sublimes, ainsi cette jeune femme errant dans la nuit, folle de douleur, pieds nus.

Antonio Caballero / « Fotonovelas » / Exposition à la galerie Polaris / Paris

L’habit fait le soldat

Des Suisses du Vatican aux gardes royaux espagnols, le photographe français Charles Fréger a passé en revue les régiments les plus prestigieux pour «Empire», son dernier livre.

Treizième ouvrage de Charles Fréger, Empire réunit in situ 25 régiments de 17 pays, des carabiniers du prince de Monaco à la Guardia Real, en Espagne. Un tableau d’honneur plutôt masculin (mais il y a quelques femmes), débordant de panache et totalement dans la lignée de ce photographe épris d’inventaire, né le 25 janvier 1975 à Bourges et formé à l’école des beaux-arts de Rouen. «Cette démarche un peu systématique, dit Fréger, me donne de l’équilibre. Les gens que je photographie prennent des postures particulières. Leurs attitudes ne sont pas neutres ; ici, ils assument leur fierté.»

Continuer la lecture de « L’habit fait le soldat »

Gilles Saussier à l’affût

A Cherbourg, l’ex-reporter propose une nouvelle lecture de son travail autour de la révolution roumaine.

S’il a rompu avec son passé de reporter, Gilles Saussier, 44 ans, n’a pas rangé ses archives au grenier. Bien au contraire. Ainsi «le Tableau de chasse», titre de son exposition à Cherbourg, au Point du jour, est-elle élaborée autour d’un fait historique, la révolution roumaine, qui lui valut la reconnaissance de ses pairs et quelques trophées. C’était en 1989. Il appartenait à l’agence Gamma, «un rêve d’adolescent», dont il démissionna en 1994, insatisfait d’un milieu, la photographie de presse, jugé «conformiste et corporatiste».

Continuer la lecture de « Gilles Saussier à l’affût »