Revoir Asmara avec Marco Barbon

marco barbon

Sept ans après,  Asmara Dream n’a rien perdu de son enchantement, et l’on retrouve, intact, ce sentiment d’avoir parcouru soi-même, un jour, la capitale de l’Erythrée. Marco Barbon avait déjà évoqué la force d’attraction d’Asmara, qui l’avait littéralement happé et décidé à rester sur place : « Je voulais travailler sur les traces de la présence italienne en Corne d’Afrique, Erythrée, Ethiopie, Somalie, mais je me suis rendu compte de l’extraordinaire richesse de cette ville, construite au début du vingtième siècle par les Italiens qui voulaient en faire une deuxième Rome ».
Voici donc Marco Barbon littéralement envoûté par Asmara, à la fois désorienté et reconnaissant ça et là des souvenirs de son enfance à Rome (où il est né en 1972). D’où son choix d’une pellicule Polaroid « pour mieux restituer ce temps suspendu », fragments panachés d’une magie au carré. De la boutique du barbier au bar Vittoria, du bureau de poste à la piscine, il y a dans chaque photographie de Marco Barbon l’amplitude d’une heureuse mélancolie.

© Photo Marco Barbon

Asmara Dream de Marco Barbon, Galerie Clémentine de la Féronnière, 51 rue Saint-Louis-en-l’île, deuxième cour, 75004 Paris (01 42 38 88 85), jusqu’au 18 juin. Le livre est coédité par Clémentine de la Féronnière et Filigranes.