Atget, capital

eugène atget

A Madrid, la Fondation Mapfre expose 230 clichés de Paris, pris par l’artiste entre 1898 et 1924.

Voir le vieux Paris à Madrid, c’est aujourd’hui possible grâce à Eugène Atget (1857-1927), avec ces 230 épreuves réalisées entre 1898 et 1924. C’est même un choc, tant le plus opiniâtre des photographes français paraît chez lui dans la capitale espagnole, indifférent à la langue du pays : ses images parlent à sa place et chuchotent sa propre histoire. C’est comme si la Fondation Mapfre était frappée d’une atgetmania incurable: on aime Atget à la vie à la mort, impossible de s’en séparer, fatalité.

Continuer la lecture de « Atget, capital »

Dans la famille Caillebotte, l’as de cœur

Martial, le cadet, perpétue par la photo une lignée d’artistes attachants et visionnaires.

caillebotte

Dans l’attraction d’un XIXe siècle épris de modernisme, deux enfants prodigues partagent leurs passions. L’un, peintre (Gustave) ; l’autre, photographe (Martial). Même si certains rapprochements s’imposent (motifs, lieux, etc.), les frères Caillebotte ne sont ni vampires ni siamois. Ils se complètent heureusement au Musée Jacquemart-André. D’autant que Martial Caillebotte (1853-1910), le cadet, se lance dans la pratique photographique assez tard, en décembre 1891, trois ans avant la mort de son frère aîné. Chacun son empreinte, donc, même s’ils se plairont ensemble à collectionner les timbres et l’art, Gustave, les impressionnistes, Martial, les céramiques. Impossible d’imaginer une famille plus idéale, soutenue par le destin. Certes, les Caillebotte sont des rentiers, mais quels visionnaires généreux. Leur curiosité est infinie : horticulture, nautisme, musique et souci des autres.

Continuer la lecture de « Dans la famille Caillebotte, l’as de cœur »

La couleur annoncée, à voir jusqu’au vendredi 22 juillet

Les Douches la Galerie ouvre son espace à des personnalités plurielles, dans le prolongement de sa programmation habituelle.

daniel boudinet

Pour 2011, rendez-vous avec Brigitte Ollier et Daniel Boudinet, qui se rejoignent ici pour la première fois dans l’intimité de leurs images. Pari du petit format, lumière changeantes et désir de montrer comment entre gravité et légèreté, s’assemble le monde indocile des couleurs.

Vernissage le mardi 21 juin à partir de 19h.

Exposition du 22 juin au 22 juillet 2011. Du mercredi au vendredi de 13h à 19h. Le samedi de 14h à 18h, et sur rendez-vous.

Les Douches la Galerie, 5 rue Legouvé – 75010 Paris (01 78 94 03 00) Métro : Jacques Bonsergent