Disparition de Louis Stettner (1922-2016)

Le Centre Pompidou, où il fut exposé il y a peu, annonce la disparition de Louis Stettner, à l’âge de 93 ans (il était né le 7 novembre 1922, à New York). C’était un Américain friand de France – où il s’était finalement installé -, d’une grande discrétion, et qui appartenait à cette génération de photographes épris d’humanisme. Il avait une silhouette hustonnienne, une barbe grise, et un drôle de chapeau. « Une création familiale », avait-il dit alors qu’il présentait quarante-quatre tirages au Comptoir de la photographie, un lieu chaleureux dans le quartier de la Bastille, à la fin des années quatre-vingt.
Beaucoup de ses photographies nous sont familières. Celle d’un jeune homme à Brooklyn, face à Manhattan, étendu bras en croix sur un banc (« beaucoup y voient l’agonie d’un individu en face de la civilisation industrielle »), ou cette femme portant des pêches, à Mexico, qui paraissent dessiner un étrange visage composé de fruits.
Il avait un goût du cadrage, très précis, dans la lignée de ses maîtres, Stieglitz, Strand et Weegee. Et, à côté de la photographie, il peignait / il sculptait… Pour apprécier une œuvre, disait-il, il faut « le recul du temps ».

Jerry Berndt, la maîtrise du réel

Trois ans après The Combat Zone, du nom d’un quartier chaud de Boston (Massachusetts), la galerie in camera présente Beautiful America de Jerry Berndt, né en 1943 à Milwaukee (Wisconsin) et mort en 2013 à Paris (France). En une vingtaine de tirages en noir et blanc, dont certains extraits de The Combat Zone, renaît l’Amérique des années Vietnam et de Bob Dylan. Une approche à hauteur d’homme. Des éclats de solitude. Le chant continu de la majorité silencieuse.

© Photo Jerry Berndt, courtesy in camera galerie
in camera galerie, 21, rue Las Cases 75007 Paris (01 47 05 51 77), jusqu’au 22 octobre.

Gerard Petrus Fieret, un nouveau souffle

gerard petrus fieret

On oublie parfois que la photographie peut être une raison de vivre, et non une raison sociale. Elle gagne non seulement le cœur et les yeux, mais tout, de la tête aux doigts de pieds, elle emplit le corps. Une vraie folie. Il y avait beaucoup de dinguerie chez Gerard Petrus Fieret, né le 19 janvier 1934 à La Haye (Pays-Bas) où il mourut le 22 janvier 2009. Entre 1965 et le milieu des années 70, ce Hollandais tout droit sorti d’un polar de Chandler ne respecta aucun code et fonça à toute vitesse, imposant au médium ses propres visions, entre nonchalance et compulsion.
Continuer la lecture de « Gerard Petrus Fieret, un nouveau souffle »

Sabine Weiss, à l’intuition

sabine weiss

« Ce qui est fugitif me plaît », aime à dire Sabine Weiss, 91 ans, qui expose à Paris et à Tours une large partie de son œuvre, dont de nombreux instantanés méconnus. Elle a cette qualité de saisir la vie sans chichis, et de s’attarder là où d’autres ne s’arrêteraient pas, isolant parfois ça et là des scènes d’une rare mélancolie, assez proche, au fond, de la temporalité des mots chère à Nathalie Sarraute. Pour autant, Sabine Weiss, formée à la technique de la photographie auprès des Boissonnas, l’atelier mythique de Genève, n’a jamais cherché à orienter son travail dans telle ou telle direction. Elle avance à l’intuition, et avec un grand enthousiasme, en quête de cet inattendu qui l’a amené à tenter sa chance dans de multiples domaines, ainsi la mode.
Au fil des expositions qui lui rendent hommage, se découvre la personnalité d’une femme discrète qui ne suivit aucun modèle, et dont la rue fut un laboratoire permanent. « La photographie m’apaise », dit-elle aujourd’hui, entourée d’un univers riche d’une humanité qu’elle a protégée de toute banalité.

© Photo Sabine Weiss / Courtesy Les Douches la Galerie

Les Douches la Galerie, 5 rue Legouvé 75010 Paris (01 78 94 03 00), jusqu’au 30 juillet. Également au château de Tours (02 47 21 61 95), jusqu’au 30 octobre.

Revoir Asmara avec Marco Barbon

marco barbon

Sept ans après,  Asmara Dream n’a rien perdu de son enchantement, et l’on retrouve, intact, ce sentiment d’avoir parcouru soi-même, un jour, la capitale de l’Erythrée. Marco Barbon avait déjà évoqué la force d’attraction d’Asmara, qui l’avait littéralement happé et décidé à rester sur place : « Je voulais travailler sur les traces de la présence italienne en Corne d’Afrique, Erythrée, Ethiopie, Somalie, mais je me suis rendu compte de l’extraordinaire richesse de cette ville, construite au début du vingtième siècle par les Italiens qui voulaient en faire une deuxième Rome ».
Voici donc Marco Barbon littéralement envoûté par Asmara, à la fois désorienté et reconnaissant ça et là des souvenirs de son enfance à Rome (où il est né en 1972). D’où son choix d’une pellicule Polaroid « pour mieux restituer ce temps suspendu », fragments panachés d’une magie au carré. De la boutique du barbier au bar Vittoria, du bureau de poste à la piscine, il y a dans chaque photographie de Marco Barbon l’amplitude d’une heureuse mélancolie.

© Photo Marco Barbon

Asmara Dream de Marco Barbon, Galerie Clémentine de la Féronnière, 51 rue Saint-Louis-en-l’île, deuxième cour, 75004 Paris (01 42 38 88 85), jusqu’au 18 juin. Le livre est coédité par Clémentine de la Féronnière et Filigranes.