L’homme qui prend le temps

evgenia arbugaeva

Les photographies d’Evgenia Arbugaeva constituent un document poétique sur un météorologue qui vit seul depuis treize ans dans une station de la toundra sibérienne.

Après avoir visité vingt-deux stations météorologiques dispersées dans l’Arctique, en Russie, Evgenia Arbugaeva a choisi de visu le personnage principal de sa nouvelle série, Weather Man (1). Son nom : Slava Korotkiy. Il vit seul depuis treize ans dans la station Hodovarikha, embossée sur une minuscule péninsule, à deux kilomètres de la mer de Barents et qui fut, avant les années 30, une base militaire. Pourquoi lui ? «Il est l’incarnation des héros de l’ex-Union soviétique, répond la photographe russe, qui vient de fêter ses 30 ans. Ces astronautes ou ces explorateurs polaires qui enflammaient de leurs aventures les livres pour enfants. Dès que je l’ai vu, avec ses yeux bleus, j’ai su que c’était lui. Il est juste là, tout à fait dans le présent, il accomplit sa mission à son rythme, il ne désire pas plus que ce qu’il a déjà.»

Continuer la lecture de « L’homme qui prend le temps »

Oleg Dou, chairs numériques

oleg dou

«Un jeu», dit Oleg Dou, 28 ans, pour résumer sa nouvelle exposition titrée «Another Face», riche de huit photographies en grand format. Très à l’aise, ce Moscovite à la silhouette d’elfe se sert avec brio des logiciels de retouche pour sublimer ses pensées. Ainsi de ces visages – dont seuls les yeux trahissent la vie – qu’il recouvre d’une multitude de pansements gracieux, comme un chirurgien esthétique sous acide en quête d’indulgence. Ces collages numériques, assez déroutants vus de près, provoquent un certain embarras. A la fois présentes et absentes, ces femmes affichent l’ironie de leur situation, aussitôt dévisagées, déjà défigurées. Oleg Dou, lui, a une cicatrice transparente sur le front. «Un vieil accident de palissade, dit-il en souriant, très fréquent en Russie.»

© Photo Oleg Dou, Courtesy galerie RussianTeaRoom.

Another Face, exposition d’Oleg Dou, RussianTeaRoom, 42, rue Volta, 75003. Jusqu’au 28 février. Rens. : 01 45 26 06 46.

Olga Sviblova : « Ce musée entend aider à la réappropriation de notre histoire »

olga sviblova

A Moscou, le musée de la photographie, inauguré cet hiver, propose 90 000 œuvres sur 9 500 m2. Rencontre avec sa directrice.

Base artistique trépidante, entre Le Garage, lancé par Daria Zhukova, et les multiples lieux alternatifs, Moscou ne cesse d’étonner, gardant le charme d’antan de ses clochers dorés. Enraciné dans le quartier résidentiel, près du Kremlin, le Moscow Multimedia Art Museum (Mamm), ex-Maison de la photographie, a été inauguré l’hiver dernier (1). Plus que l’ampleur d’une architecture sans flonflons (9 500 m2 sur sept étages, dont 2 200 m2 de cimaises), surprend la lumière intérieure presque blanche, qui donne du bien-être à cet espace dédié aux arts visuels, y compris Internet. Avec une collection de plus de 90 000 œuvres (daguerréotypes, négatifs, vidéos numériques), le Mamm, en partie financé par la ville, devrait vite acquérir sa notoriété parmi les 72 musées que compte la capitale de la Russie : déjà 8 000 visiteurs par week-end.

Continuer la lecture de « Olga Sviblova : « Ce musée entend aider à la réappropriation de notre histoire » »